Traversées/Crossings

Exposition Collective

22 Février — 10 Avril 2018

CM Galerie

Exposition collective avec :
Mariam Abouzid Souali, Mustapha Akrim, Mohamed Arejdal, Hassan Bourkia, Younes Atbane, Simohammed Fettaka, Noureddine Tilsaghani, Fatiha Zemmouri, Abdelaziz Zerrou.

Une fois de plus, Marrakech se prépare à accueillir des amateurs d’art en provenance de différentes régions du monde à l’occasion de la foire 1:54 que nous soutenons pleinement dans sa volonté d’amorcer un dialogue artistique entre différentes cultures.

À l’heure où la Biennale de Marrakech connaît une forme d’interruption, c’est pour nous une chance de pouvoir bénéficier de la visibilité offerte par cette nouvelle foire pour porter notre projet auprès d’un public international et affirmer notre propos concernant l’art du Maroc et plus généralement, celui en provenance de cette partie du monde que l’on se plaît tantôt à appeler monde arabe, tantôt « l’Afrique ».

De par son histoire, et son architecture, le Comptoir des Mines Galerie est un espace hybride qui ne se contente pas d’un rôle « traditionnel » de galerie d’art comme lieu d’exposition et de promotion des artistes ; il est aussi un centre d’art contemporain capable au mieux de promouvoir les artistes qu’il présente. Ce lieu original nous permet de mener simultanément des expositions de différents créateurs et livrer un aperçu précis de la situation de l’art au Maroc ; comme c’est le cas aujourd’hui.

Notre approche pour établir un dialogue avec la foire d’art contemporain 1 :54 a consisté à proposer à dix artistes de questionner l’état du monde tel qu’ils le percevaient depuis le Maroc. Venues compléter notre projet, deux autres expositions se proposent de donner carte blanche à un galeriste invité (SHART GALERIE) et au photographe plasticien Hassan Hajjaj.

Certains artistes ont eu spontanément à cœur de parler d’exode, de mobilité, de déséquilibre économique, d’urbanisme ; d’autres ont choisi d’interroger la notion de liberté à l’ère du numérique ou de revisiter la mémoire et l’histoire à travers des métaphores contemporaines. Au terme de recherches approfondies et d’explorations sur différents médiums, ces artistes nous donnent à voir un état du monde et de ses tensions, tel qu’ils le perçoivent.

À ce sujet, je souhaiterais m’arrêter un instant sur une formule prononcée par l’artiste Mohamed Arejdal dans un autre contexte artistique, qui ne résume que trop bien la problématique essentielle que des générations antérieures d’artistes ont dû affronter : « Dessine-moi le chemin pour venir chez toi… ». Ayant été marqués par la force des propos de l’artiste, nous avons souhaité en amplifier l’écho aujourd’hui afin qu’il puisse parvenir jusqu’aux visiteurs étrangers.

Le titre « Traversées » donné à notre projet final nous est venu à l’esprit pour plusieurs raisons, et il fait écho à un projet du même nom qui avait été organisé à l’initiative de Brahim Alaoui en 2009 à Paris puis à Rabat.

Force est de constater que les tensions créatrices qui sous-tendent ce premier projet sont toujours à l’œuvre dans nos sociétés maghrébines, arabes et Africaines..

Plus que jamais, nos diverses et périlleuses « Traversées » à travers le temps traduisent l’envie de lever les barrières visibles et invisibles faisant obstacle à la pleine diffusion de nos formes d’art au-delà de nos frontières.

Aussi, je me permets d’emprunter les propos de Mohammed Arejdal : « Dessinez-moi le chemin pour venir chez vous ».

Hicham Daoudi

Œuvres – vues de l'exposition :

Recevez plus d'informations sur les œuvres de cette exposition

Demande d'informations

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous pour vous renseigner sur cette œuvre.